OHL

MAXIME AULIO

Maxime Aulio est né en 1980 à Chartres en France. Il débute la musique en jouant de l’orgue et s’intéresse très rapidement aux percussions, au clavecin, puis au cor, instrument qu’il étudie plusieurs années durant au Conservatoire National de Région de Toulouse. Il étudiera trois années durant au Lemmensinstituut (Jan Van der Roost,…) de Leuven, en Belgique ; études couronnées en 2006 par l’obtention d’un Master en Musique spécialité composition, option direction d’orchestre. Au cours de l’été 1999, il compose sa première œuvre pour Orchestre d’Harmonie, Prophéties, donnée en création mondiale par l’Orchestre du Conservatoire National de Région de Toulouse. Un an plus tard, il compose Les Voyages de Gulliver, une de ses œuvres les plus connues.

Maxime Aulio est un compositeur autodidacte et éclectique. Son répertoire comporte des œuvres pour soliste(s) et orchestre d’harmonie [Il Signor Fagotto (2002) pour basson ; Bilbo the Hobbit (2002) pour cor ; Montségur, la Tragédie Cathare (2003) pour trombone, Les Trois Mousquetaires (2003) pour quatuor de tubas ; Marsyas (2005) pour flûte et harpe ; Le Papillon qui tapait du Pied (2006) pour saxophone baryton ; Libertalia (2007) pour euphonium, etc.], mais aussi des œuvres de musique de chambre [Arachnophobie (2000) pour quatuor de saxophones ; Phaethon (2008) pour trombone basse et ensemble instrumental ; Un petit vélo dans la tête (2014), pour tuba et cor ; etc.], pour orchestre symphonique [Vers l’infini… (2015) pour trombone et orchestre ; etc.], de la musique de film…

Ses œuvres ont été créées et interprétées par des artistes et ensembles de renom, contribuant ainsi à son talent musical : Jean-Pierre Cénédèse, Daniel Lassalle, Michel Becquet, Laurent Lefèvre, Fabrice Millischer, Felix Hauswirth, Miraphone Tuba Quartett, Anthony Caillet, Alexandre Doisy, Eric Villevière, Philippe Ferro, Jacques Deleplancque, Amsterdamse TramHarmonie (NL), Ensemble Instrumental de l’Ariège, Orchestre d’Harmonie de la Région Centre, Musique de l’Air, Ensemble à Vents de l’Isère, Orchestre à Vents Non Identifié (CAN), Musique des Gardiens de la Paix de Paris, Contra Costa Wind Symphony (USA), Nagoya University of Arts Wind Orchestra (JPN), American Wind Symphony Orchestra (USA), Massachusetts Institute of Technology Wind Ensemble (USA), Hong Kong Youth Symphonic Band (CHN),… Et dans les plus belles salles : Théâtre du Châtelet (Paris), Cité de la Musique (Paris), Carnegie Hall (New York), Concertgebouw (Amsterdam), Halle aux Grains (Toulouse), L’Arsenal (Metz),…

Il aura également travaillé la direction d’orchestre avec l’illustre professeur du Conservatoire de Paris, Jean-Sébastien Béreau. Partageant les affinités d’un de ses modèles, Eric Villevière, qui a déjà créé plusieurs de ses compositions, il ne manque pas de recevoir ses conseils. Dans le cadre de la formation professionnelle continue, il suit en 2012 une masterclass en direction d’ensemble de musique contemporaine, avec Jean Deroyer et l’ensemble Court-Circuit ; en 2013, un perfectionnement en Soundpainting et improvisation d’ensemble (2e niveau) avec Walter Thompson, Vincent Lê Quang et Rainer Boesch ; puis une série de formations à l’IRCAM – Max, OpenMusic, Antescofo,… –, avec Mikhail Malt, Grégoire Lorieux et Benjamin Thigpen. Intéressé par l’histoire de l’orchestre à vents en France – le menant en conséquence vers son passé militaire –, et prônant une action militante autour de cette formation, il réussit en 2008 un concours pour être Chef de Musique Militaire, fonction qu’il occupera jusqu’en 2013 à la Musique
Principale de l’Armée de Terre.

Sélectionné en 2015 pour un Doctorat en direction d’orchestre à vents (Doctorate in Musical Arts, in Wind Conducting) à l’Université du North Texas (USA) avec le chef Eugene Migliaro Corporon, il devra malheureusement abandonner ce projet. En 2016-2017, il est en charge de la direction des orchestres, de la musique de chambre et de la classe de la direction d’orchestre au Conservatoire à Rayonnement Régional de Tours. Il y est de surcroît compositeur en résidence.

Il se concentre à nouveau sur son travail de compositeur dès 2018 (œuvres de commande et arrangements, en orchestre d’harmonie, orchestre symphonique, etc.), tout en participant à de nombreux jurys et formations. Il consacre également du temps au développement de l’Association Française pour l’Essor des Ensembles à Vents (AFEEV) avec ses amis et collègues du milieu des orchestres d’harmonie français.

Leave a Reply